Asafo

TO BE TRANSLATED

Alors qu’il allait photographier la mascarade des revenants Egungun au Togo, Charles Fréger entend parler des Asafo du pays Ewé, zone limitrophe du Togo et du Ghana.

Légataires des traditions de leur communauté, les Asafos sont les membres d’une société secrète de chasseurs et de guerriers en charge de la protection de leur village. Milices autrefois influentes, c’est maintenant un escadron symbolique dont les chants guerriers, la puissance des tambours et les sacrifices d’animaux forcent encore aujourd’hui le respect. Armés de couteaux, de hachettes et de fusils à poudre, les Asafos se griment de pigments bleus qui couvrent partiellement leur costume de toile épaisse et leurs amulettes.

Sous l’œil averti des anciens et du sorcier du village, ils dansent lors de cette cérémonie où surgit de la brousse l’homme-cercueil, taché de blanc et de bleu. Seule condition préalable à la prise de vue : Charles Fréger ne peut leur parler directement. Ce sont des guerriers habités et, dès lors que l’identité « Asafo » est revêtue, le rituel impose cette distance.

Le dialogue avec les Asafos se joue alors comme dans une mascarade. Chacun endosse son rôle, l’un de photographe, l’autre, d’Asafo, avec à mi-chemin, une rencontre où l’on se fait personnage, se projetant dans l’imaginaire de l’autre.